Au cri des manticores beuglent la métaphore

Publié le par Chris

chagall-wedding.jpg

 

 

 

 

Il existe de grands bois que l'on ne traverse pas.

De grands soleils que l'on n'ose pas. Pourquoi?

 

Dame de cœur sur valet de pique,

et l'on récite sur tout un hémisphère:

«carte blanche, c'est la victoire de l'abstention ».

 

(Au cri des manticores, beuglent les métaphores)

Abstention du cœur, rire du malheur, râle du bonheur.

 

 

Peut-on être sincère sans être amer? Dis-moi.

Où de l'amour propre cède à l'amour proche?

 

Vois le monde qui se confie avec sa folie,

tu penses qu'elle reviendra? funambule mélancolique.

« Moi je ne pense pas, moi je ne pense pas ».

 

(Les astres se rient des damnés des enfers)

Ne pense pas, triomphe fatal, douleur animale.

 

 

C'est la mer qui crie sa joie pour couvrir ma voix

Pourquoi les mots ne sont pas à moi?

 

Sur terre et dans ma guerre, tu me manques.

Les étoiles et les dieux tombent sans fracas,

sans musiques, car tu n'es plus là.

 

(Boîte à musique brisée par un coup de dés)

Tu n'es plus là, solution cynique, triste solitude.

Publié dans Le livre des Satyres

Commenter cet article