un retour hors du sommeil ?

Publié le par Chris

Un soir. Une nuit qui ne veut pas voir son jour... depuis quand n'ai-je pas été aussi malmené par le sommeil ? la dernière fois ? cela devait être un chagrin d'amour je suppose...

oh mon état s'explique ! Pas d'inquiétude, je connais la série des causes de tout cela, et les remèdes seront trouvés, non, subir est une chose, prévoir en est une autre. Je suis rationnel, je ne m'inquiète pas...

Alors, pourquoi ce carnet de retours ? De quoi ne suis-je pas encore rentré ? De quelle lente opération de moi-même suis-je le témoin ? Comment s'établir fixement en un sentiment ?

Homme nostalgique, homme mélancolique, homme désespéré, homme triste, sommes-nous sûr de vous avoir bien tués ? - oh que c'est brouillon - en tout cas, le Jovial nous échappe encore car nous le remettons à plus tard... et pourtant qui ne m'a pas connu Jovial ?

Disons...car il faut bien dire, que c'est une phase de fatigue physique (je en dors plus 4h de suite sans me réveiller depuis un mois) intellectuelle (je peine à formuler phrases et mots, à l'oral comme à l'écrit) et affective (il me semble que perds cette année une grande part de mes amis et de mes amours, sans parler de mes convictions). Alors, on peut toujours relativiser, mais c'est quand même dur de penser à autre chose qu'à tout ce qu'on a perdu.

Oui, je finis ici une étape de ma vie, je m'en rends bien compte. Et qu'ensuite, le point de jonction passé, j'aurai de nouveau un royaume à conquérir. Je serai de nouveau le prince des Fakirs, mais le mouvement ne sera plus extérieur mais intérieur (peut-être mon erreur a été là), mon royaume n'est pas l'université, lyon ou je ne sais quel groupe social. Il est en fait moi-même - 2 ans d'inconscience pour en arriver là - et cette conquête sera en fait une recherche du Jovial.

Ce que je cherche a en fait un impératif : grandir de l'intérieur pour rayonner de l'extérieur. Cela prendra du temps, pour être heureux avec soi-même, pour s'apaiser de ses angoisses et de ses tristesses, en un mot apprécier de nouveaux sa vie. Il faudra faire alors un grand ménage dans ses convictions, ses relations et ses ambitions. Pour conserver ce qui m'est positif, me fait du bien, me fait progresser.

J'espère tant réussir ce concours. Pour passer à autre chose, à cette phase de reconstruction. L'écriture, le chant, la musique et le sport en feront partie ; c'est mon ambition nouvelle. La philosophie sera toujours reine, mais j'espère que ses habits changeront en des couleurs plus chaudes et plus vives. J'espère tant, et c'est bien là une de mes rares qualités dans la survie.

Un retour, oui, pour reconstruire ce que ses deux ans ont peu à peu détruit. Il ne restera que le plus beau, j'en suis convaincu.

Publié dans Carnet de retours

Commenter cet article